La Roque d’Anthéron

C’est un gros village au bord de la Durance à 25 km d’Aix-en-Provence face au Lubéron. La Durance est aujourd’hui maîtrisée.

Mais au temps de la Marquise, elle errait dans toute la vallée »      

Sur son cours se trouvaient des « iscles » (iles constituées de bancs de sable et de gravier) que l’on voit ci-dessous.                                                                                  Celles-ci ont été l’objet de nombreux procès  (que la Marquise a souvent perdus…)

Afficher l'image d'origine

Vers 1830 la Marquise de Florans découvrait ainsi son château en arrivant à la Roque d’Anthéron. Ce village avait alors 1380 habitants

 

Le domaine Le château de la Roque d’Anthéron avait été acheté au Marquis de Forbin en 1818 par le Marquis de Cordoüe. Cet achat comprenait : le château avec parc, bassins, eaux jaillissantes, terrasses, fontaines mais aussi écuries et remises, glacière, pigeonnier, un moulin à farine dans l’enceinte du parc, un local-auberge dans l’enceinte du village, une aire à fouler et environ 680 ha de terres et d’iscles.

Le Château est composé de deux parties : Le petit château (qui est la partie la plus ancienne) auquel est accolé grand château avec ses quatre tours d’angle. Les deux châteaux étant séparés par « La Cour d’Honneur » Au fond le parc.

Le Marquis de Cordoüe donna ce château à sa fille Jacquette-Caroline à l’occasion de son mariage en 1820 avec le Marquis de Florans. La Marquise y vécut jusque dans les années 1840 avant de s’établir à Tain l’Hermitage (qui était sa ville natale).

le Petit Château

Le grand châteauC:\Users\Daniel\Pictures\La Marquise\La Roque d'A\La Roque\La Marquise ses deumeures 086.jpgC:\Users\Daniel\Pictures\La Marquise\La Roque d'A\ph2ter.jpg

Entre l’ancien château, qui était ‘le petit château’ et ‘le grand château’ de trouve la Cour d’honneur’

le parc Celui-ci, avec ses 365 platanes (1 pour chaque  jour de l’année) et ses séquoias avait été créé par le Marquis de Forbin, précédent propriétaire

Hier                                                                                                      Aujourd’hui

  C:\Users\Daniel\Pictures\La Marquise\La Roque d'A\la roque 2015\P1100644.JPG

 

C:\Users\Daniel\Pictures\La Marquise\La Roque d'A\la roque 2015\P1100643.JPG

Outre ces spectaculaires allées de platanes, il y avait:des pièces d’eau

Un grand jardin potager

Aujourd’hui c’est dans ce parc que se déroule chaque année en été.

le Festival international de piano fondé en 1980 par Paul Onoratini et René Martin, il est aujourd’hui reconnu comme l’un des grands rendez-vous musicaux en Europe. Certains n’hésitent pas à le surnommer la « Mecque du piano »

En 1860  elle l’offrit à son fils Ludovic lors de son mariage avec sa cousine Léontine de Mandat-Grancey. Celui-ci y entreprit de grands travaux (aux frais de sa mère) aussi bien à l’intérieur que dans le parc…

Les intérieurs du château  Les photos suivantes sont des cartes postales que les de Florans faisaient faire par un photographe de Salon. Celles-ci étaient envoyées pour montrer l’extérieur ou l’intérieur du château. Elles datent de la fin du XIXieme siècle et début XXièlme La plupart proviennent d’albums dont nous avons hérités. Egalement plusieurs nous ont été gracieusement données par M. Onoratini, propriétaire actuel du château.  

Le grand salon Louis XV

La Salle à Manger     C:\Users\Daniel\Pictures\La Marquise\La Roque d'A\La Roque\IMG_2608.JPG

Le Bureau

C:\Users\Daniel\Pictures\La Marquise\La Roque d'A\INTERIEUR GRD RIDEAU SEPIA.jpg

 

Dans l’écusson du haut de la tenture sont brodés les armoiries de la famille de Florans     

 

 

le salon de musique

  -les de Florans pratiquaient la musique-

Les cheminées.

Il y en avait une dans chaque pièce. Malgré celles-ci, il était difficile de chauffer de si vastes demeures.

Quelques cheminées de styles différents

 

La plus ancienne

 

les gypseries du plafond du couloir telles que l’on peut les voir encore aujourd’hui

Extrait d’une lettre de Baptéstine à sa mère (elle était chargée de superviser les travaux d’aménagement du château en vue de le l’arrivée de son frère Ludovic et de sa jeune épouse) « ….et bien lui qui n’aime pas les demies mesures verra combien ces chefs d’œuvre dureront sous les coups de balais et sous ceux des fenêtres. Le plafond de la chambre de Léontine et encore plus celui de la tour sont magnifiques : aussi le temps et le plâtre qu’il à fallu ! on m’a dit que seulement pour celui de la tour on avait bien mis deux mois et justement tout en le trouvant très jolie j’y trouve de grands inconvénients car il y a autour une guirlande de feuilles de chêne à jour, innétoyable  à moins de tout briser. Dans l’antichambre entre leurs deux chambres, je viens d’arrêter de nouvelles scultures  au plafond ; je vous assure chère Maman, que toutes ces restrictions m’ennuient beaucoup à faire : car je vois d’ici que tout cela tombera sur moi ; les ouvriers ne manqueront pas de dire à Lud. Il fallait bien encore ceci et cela ; mais Mlle n’a pas voulu…. »

Dans la cour de la ferme du château se trouvait une scierie. Aujourd’hui, c’est par le portail qui se trouve au fond que l’on entre pour assister au festival de piano