Une caisse, des vieux papiers, une marquise, voilà le début d’une aventure qui m’a lancée, en Provence, dans 4 ans de recherches dont je vais exposer ici les résultats.

Qu’en est-il exactement ?

En septembre 2010, en faisant des rangements, j’ai retrouvé une caisse remplie de ce que je qualifiai alors de « vieux papiers ». Je me souviens que ma belle-mère, quelque temps avant sa mort, me l’avait donnée pensant, qu’en tant qu’historienne, cela pourrait m’intéresser. Elle la tenait elle-même de son oncle l’abbé Charles Jourdan (25.05.1883 – 19.03.64) ancien curé d’Aurons de 1922 à 1952 et propriétaire pendant quelques années,

Voici ce que contenait cette caisse:

+ de 900 lettres adressées pour la plupart à Jacquette Caroline de Cordoüe Marquise de Florans constituent l’essentiel de mes sources.

 

Lettres de sa famille et de ses amis

De 1768 à 1786 : 7 lettres de différents membres de la famille de Cordoüe à Joseph -Gabriel Descordes (francisation de de Cordoüe) « seigneur de la terre d’Auron »

De 1795 à 1799 : 15 lettres dont 14 de Louis-André-Jean-Raphaël de Cordoüe (futur père de la Marquise de Florans) à sa grand-mère maternelle Jacquette Le Bault née Burteur, et à sa mère Geneviève de Cordoüe née Le Bault.

La quinzième est de la belle-mère de Raphaël, Madame de St Georges née Chabrières de Peyruis.

De 1833 à 1838 : 54 lettres de Madame de Cordoüe née Le Bault que Madame de Florans a classées  « lettres de ma grand-mère de Cordoüe d’Auron » dont 4 de décembre 1833 – 28 de janvier à décembre 1834 – 9 de mai – juin 1835 – 18 de mai à décembre 1836 – 1 de janvier 1837.

De 1833 à 1838 : 64 lettres de Joseph-Gabriel de Cordoüe classées comme « lettres de mon oncle Gabriel de Cordoüe jusqu’en 1838 » – 1 de novembre 1833 – 13 de janvier à décembre 1834 – 8 de janvier à octobre 1835 – 11 de février à octobre 1836 – 15 de février 1837 à décembre 1837 ( rien entre juin et fin décembre) – 16 de janvier 1838 à août 1838 –

En décembre 1837 – janvier 1838 : 80 lettres En décembre 1837 – janvier 1838 : 80 lettres de condoléances adressées au Marquis et à la Marquise de Florans suite au décès de leur belle-mère et mère, Madame Caroline de Cordoüe née Jacquemet de St Georges en décembre 1837 et classées « Lettres reçues à l’occasion de la mort de ma pauvre mère ».

En décembre 1834 et janvier 1835 : 3 lettres entre Madame de Florans et sa sœur Alix :

  • 1 d’Alix le 29.12.1834
  • 1 de Caroline (copie de sa réponse à sa sœur) du 5 janvier 1835
  • 1 d’Alix du 13 janvier 1835

1859 – 1860 : 92 lettres de parents et amis.

Janvier à décembre 1860 : 94 lettres des enfants de Madame de Florans à leur mère et de Monsieur de Florans à sa femme.

Janvier 1863 – septembre 1863 : 45 lettres d’amis de Madame de Florans.

Avril – mai 1871 : 19 lettres de condoléances après la mort du Marquis de Florans, le 14 avril 1871.

20 septembre 1875 : un testament de Baptistine de Florans.

3 novembre 1914 : lettre de Florette petite fille de Madame de Florans à Maître Rodortier, avoué.

 

Autres Documents de famille

Acte de vente des maisons de Tain 11-12 juin 1912 par Maître Montgolfier Notaire à Tournon.

Contrat de mariage de Cécile de Florans avec Ernest d’Espiennes en février 1851.

Impôts payés à Aurons et à la Roque en 1856 – 1857 – 1866

Impôts payés à Bédoin de 1846 à 1855

Comptes de journaliers de 1858 – 1859 et 1862 – 1863

Nombreux devis et factures de travaux faits à Tain notamment entre 1850 et 1866.

Factures d’alimentation – pharmacie – quincaillerie – vêtements – coiffeur … en 1866

Quittances de gaz de 1866

Factures de Marie de Florans dite Florette : garagiste, plombier … en 1917

Lettres des notaires, régisseurs, fermiers, artisans …

1857 : 116 lettres, dont :

  • 15 de Maître Ollivier notaire à Pélissanne
  • 12 d’Antoine Roux régisseur à  Auge
  • 12 de Guès régisseur à Molières
  • 13 de Maître Reboul notaire à Paris
  • 6 de Maître Grangé notaire à Chambly
  • 5 de Joseph et François Clop fermiers à Bédoin
  • 4 de Maître Doutreleau avocat à Arles
  • 3 de Maître Sabatier régisseur à la Roque d’Anthéron
  • 2 de Maître Ambroy notaire à Fontvieille
  • de Langon régisseur à Aurons

1858 : 88 lettres

dont 13 de Maître Ollivier – 7 d’Antoine Roux – 12 de Guès – 4 de Maître Reboul – 7 de Maître Grangé – 5 de François Clop – 2 de Maître Sabatier – 2 de Maître Ambroy – 3 de Langon

1864 : 57 lettres

dont 10 de Maître Ollivier – 6 d’Antoine Roux – 3 de Guès – 3 de Maître Grangé – 1 de François Clop – 6 de Maître Ambroy – 9 de Castelas régisseur à Molières – 3 de Pascal Marc berger à La Chapelle de Valgaudemar

1868 : 160 lettres

dont 14 de Maître Ollivier – 9 des fils Roux – 1 de Guès –  2 de Maître Reboul – 6 de Maître Grangé – 8 de Clop – 1 de Maître Sabatier – 27 de Maître Ambroy – 11 de Castelas – 12 de Gibaud régisseur à Molières.

3 relevés de compte de Maître Reboul et Maître Germain 88 Rue de l’Université à Paris :

  • du 27 janvier 1856 au 3 mars 1857
  • du 3 mars 1857 au 6 janvier 1858
  • du 1er janvier 1867 au 29 février 1868

 

On peut donc constater que les lettres, pourtant nombreuses, sont loin de couvrir continûment la période que je souhaitais étudier. Cela m’a gênée pour connaitre avec précision l’évolution  l’évolution économique au cours du siècle par exemple. J’ai néanmoins essayé d’en tirer le meilleur parti dans le livre et je continue de chercher notamment dans les Archives départementales de Marseille et de Beauvais.

Outre ces lettres, pour retrouver l’origine et l’ancienneté des familles de Florans et de Cordoüe, j’ai utilisé :
  • la Généalogie des familles nobles établie par Jean Gallian (chronologie illustrée sur le Comtat Venaissin)
  • le Dictionnaire universel de la noblesse de France par M. de Courcelles
  • le Dictionnaire Biographique de la Drôme
  • le Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle
Pour la famille Jacquemet de St Georges :
  • le Bulletin de la Société héraldique et généalogique de France Tome VI colonne 597 et suivantes

 

Pour la famille Monier de la Sizeranne :
  •  la France, dictionnaire généalogique, historique et biographique (Drôme-Ardèche) par J. Villain

 

Pour connaitre les lieux où ont vécu les de Cordoüe et les de Florans :
  • Histoire d’Aurons : statistiques des Bouches du Rhône par le Comte de Villeneuve (1824) Tome 2 Marseille
  • Géographie de la Provence Tome 1 Aix 1787
  • Les Bouches du Rhône : Encyclopédie départementale sous la direction de Paul Masson Tome XV monographies communales 1933
  •  Histoire de Bédoin : Bédoin à travers les siècles par Guy Gérard Durand Ed. Barthélémy Avignon 2000
  • Histoire de la Roque d’Anthéron : La Roque d’Anthéron et l’abbaye de Silvacane par Thierry Galibert Ed. Barthélémy Avignon 1991
  • Histoire de St Pierre des Canons par Charles Jourdan Editions provençales 1928
  • Histoire de Tain : Tain au quotidien tome 2 1801 – 1850, tome 3 1850 – 1900 par Claude Genest
  • Histoire d’Auge par Robert Penel 1996

 

Ouvrages généraux :
  • La Provence des Lumières :  les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle par Monique Cubells – Paris Maloine S. A éditeur 1984.
  • Aristocrates et grands bourgeois par Eric Mension-Rigau Paris Perrin éditeur 2007.
  • Les noblesses en France du XVIe siècle au milieu du XIXe par Michel Figeac Paris A. Colin 2013.